TextE : Veronika Reich,
PHotos : Thomas Küppers, Scania

Plein gaz

Les moteurs qui réduisent l’empreinte CO2 ont la cote. Le Scania G 410 GNL arrive à point nommé et a su convaincre les essayeurs de la presse spécialisée. Son silence y est pour beaucoup – mais pas seulement.

« Un véhicule multitalents et propre » titre le Kfz-Anzeiger avant de détailler son compte rendu d’essai : le camion est puissant, maniable, produit peu d’émissions et ses dimensions compactes en font un véhicule approprié à la fois aux affectations en logistique urbaine et aux longs parcours. Les trois moteurs disponibles sur ce poids lourd au gaz présenté fin septembre dans le cadre de l’IAA de Hanovre se prêtent à de multiples applications, estime l’auteur, Philipp Bönders.

C’est sur les crêtes des cantons du Jura et d’Argovie que l’on découvre son véritable caractère. Le moteur à gaz effectue son travail correctement et a par exemple escaladé avec bravoure le col des Rangiers. Cela d’une manière presque aussi souveraine qu’une version à moteur diesel.

C’est sur les crêtes des cantons du Jura et d’Argovie que l’on découvre son véritable caractère. Le moteur à gaz effectue son travail correctement et a par exemple escaladé avec bravoure le col des Rangiers. Cela d’une manière presque aussi souveraine qu’une version à moteur diesel.

C’est sur les crêtes des cantons du Jura et d’Argovie que l’on découvre son véritable caractère. Le moteur à gaz effectue son travail correctement et a par exemple escaladé avec bravoure le col des Rangiers. Cela d’une manière presque aussi souveraine qu’une version à moteur diesel.

Pour l’essayeur Hans-Peter Steiner de Swiss Camion, l’expérience est concluante : « C’est sur les crêtes du canton du Jura et d’Argovie que l’on découvre son véritable caractère. Le moteur à gaz effectue son travail correctement et a par exemple escaladé avec bravoure le col des Rangiers. Cela d’une manière aussi souveraine qu’une version à moteur diesel. » Ses collègues du magazine autrichien Blickpunkt LKW & BUS ont également apprécié les atouts du moteur – ses accélérations comme son élasticité dans les reprises – et l’absence de déperdition par rapport à un diesel. Conclusion du journaliste Harald Pröll : « Avec son autonomie de 1 100 kilomètres, le Scania G410 A4X2NA GNL répond aux exigences de toutes les missions de transport. »

Le magazine autrichien 1Truck a particulièrement noté le silence et la régularité de fonctionnement du véhicule de Södertälje : « L’intégration de la chaîne cinématique et en particulier sa conjonction avec la transmission Opticruise sont une réussite. » L’absence de frein moteur est plus que compensée par le ralentisseur. Le Kfz-Anzeiger souligne à propos de la boîte automatisée à 12 rapports synchronisés que l’interaction entre la transmission Opticruise et la régulation de vitesse prédictive pilotée par GPS est particulièrement réussie : « Sur un Scania au gaz naturel, le chauffeur a les rênes bien en main mais c’est l’Opticruise qui, dès le départ, gère la sélection, l’embrayage et le passage des rapports. »

Le Scania G 410 GNL constitue pour les rédacteurs de lastauto omnibus également « Une véritable alternative » au diesel et c’est donc le titre qu’ils ont donné à leur compte rendu, dans lequel on peut lire par ailleurs : « Quand on cherche des moteurs à gaz parfaits sous tous rapports et adaptés aux affectations en long-courrier, Scania est en ce moment le seul constructeur qu’on puisse prendre au sérieux avec Iveco. » Le Scania affiche un poids total autorisé de 32 tonnes et brille avec une démultiplication totale parfaitement adaptée à sa caractéristique moteur : « Avec un rapport de pont arrière à 2,59, on circule sur autoroute à environ 1 200 tr/min et sur route, on roule sans problème à 65 km/h sur le 12e rapport sans dépasser les 910 tr/min sur le plat. »

Dans sa rubrique Supertest, la revue Trucker atteste au modèle GNL par la voix de son rédacteur Jan Burgdorf une excellente visibilité due à la fois à une position d’assise assez basse et à l’inclinaison de la planche de bord. Tous les comptes rendus soulignent la qualité typique des finitions Scania et l’agrément de la cabine, qui dispose d’espaces de rangement astucieusement placés. Et tous sans exception louent le silence du puissant suédois. « Sur autoroute en terrain plat, le niveau sonore se situe autour de 61,5 dB(A), soit moins encore que le Scania à moteur diesel, pourtant très silencieux dans le champ de la concurrence », écrit Ralf Becker dans la revue trans aktuell. C’est très important pour que le nouveau Scania puisse aussi rouler de nuit dans les villes.

This video has been disabled until you accept marketing cookies. Manage your preferences here or directly accept targeting cookies.
« Ce moteur s’avère prometteur d’un point de vue écologique et il a les moyens de réduire les rejets CO2 de 15 pour cent (gaz naturel), voire 90 pour cent (biogaz). »

Hans-Peter Steiner

Swiss Camion
(Numéro 1/2019 du 3 janvier 2019)


« Les faibles dépenses de carburant enregistrées pendant l’essai se situent à 17,76 euros/100 km (au prix de 0,83 euros le kilogramme de GNL) et vont clairement attirer l’attention des entrepreneurs. »

Jan Burgdorf

Trucker-Supertest
(Numéro 3/2019 du 4 février 2019)


« Avec son autonomie de 1 100 kilomètres, le Scania G410 A4X2NA GNL répond aux exigences de toutes les missions de transport. »

Harald Pröll

Blickpunkt LKW & BUS
(Numéro 9/2018 du 12 novembre 2018)


This video has been disabled until you accept marketing cookies. Manage your preferences here or directly accept targeting cookies.
« Mais la véritable surprise vient de la façon dont se conduit ce gros moteur au gaz naturel Scania et je n’exagère pas : effectivement comme un diesel mais avec bien moins de bruit et de vibrations. »

Robert Domina
Transport
(Numéro 23–24/2018 du 14 décembre 2018)


« Avec un poids total roulant de 32 tonnes, la charge utile reste copieuse. »

1Truck

(Numéro 6/2018 du 10 décembre 2018)


« L’adaptation de la boîte automatisée ‘Opticruise’ à un moteur du type essence est particulièrement réussie. »

Hans-Jürgen Wildhage
DVZ
(Numéro 1/2019 du 3 janvier 2019)

Partager l'article